Paiement en intérim : comment serez-vous payé avec ce contrat ?

Occuper un poste par intérim dans une entreprise est loin d’être une mauvaise idée. Cela permet en principe d’apprendre de nouvelles choses avant de trouver un poste définitif. Toutefois, il est important de vous informer sur les conditions de paiement avant de vous engager auprès d’une entreprise.

Les différentes formes de paiement en intérim

Il est plus judicieux de vous informer sur le mode de paiement proposé par l’entreprise qui souhaite vous engager. Ainsi, vous devrez avoir un salaire de base qui est généralement le minimum fixé par la loi. Notez que votre paiement en intérim peut dépendre des quelques facteurs suivants :

Sujet a lire : Le portage salarial, une alternative à la libérale professionnelle

  • Votre niveau de qualification en tant que salarié intérimaire.
  • La convention collective qui s’applique dans votre secteur de travail.

Il faut savoir que le salaire d’un intérimaire est généralement plus élevé que le SMIC. Cela est dû à la précarité du contrat que vous allez signer. Toutefois, il est important de bien vous informer sur les conditions appliquées par l’entreprise pour votre paiement à l’avenir.

Le point sur le mode de rémunération que vous pourrez avoir

En tant que travailleur intérimaire, vous pouvez vous retrouver un salaire horaire pendant la durée du contrat. Ici, votre rémunération sera calculée selon la base salariale de l’entreprise. À cela s’ajouteront les primes et les différentes indemnités que vous pourrez toucher.

En parallèle : Comment se préparer pour un rôle de gestion dans le secteur des soins de santé sans expérience préalable?

Par ailleurs, vous pourrez aussi obtenir une rémunération au forfait selon l’entreprise qui vous engage. Cela implique que vous percevrez un montant fixe pendant une période définie. Ici, il est possible d’obtenir un forfait par semaine ou par mois. Cela peut aussi se faire par mission dans certaines situations. Sinon, il ne faut pas ignorer la rémunération au résultat surtout si vous occupez un poste à responsabilité.

Plus de précision sur les indemnités d’un salarié intérimaire

Des indemnités sont souvent offertes par les entreprises qui engagent des salariés intérimaires. Vous pourrez par exemple profiter de congés payés (ICP) peu importe la durée du contrat. Cette somme est généralement égale à 10 % de votre rémunération totale brute tout au long de la mission. Notez que ce montant est dans la plupart des cas versés à la fin de votre contrat auprès de l’entreprise. En outre, vous pourrez aussi envoyer une demande anticipée si la situation le permet.

D’un autre côté, il y a l'indemnité de fin de mission (IFM) qui est indispensable pour compenser votre précarité professionnelle. Ce montant est aussi l’équivalent de 10 % de votre rémunération brute.

Les différentes situations qui peuvent mettre fin à une indemnité de fin de mission

Il faut savoir que l’IFM est à la fois imposable et soumise aux cotisations sociales au cas où vous l’ignorez. Notez aussi que l’entreprise qui vous emploie peut ne pas payer cette somme dans certaines situations. Cela est par exemple le cas si vous êtes engagé avec un CDI auprès de l’établissement.

Il est aussi possible d’annuler le versement si vous décidez de rompre le contrat de manière anticipée. Cela est aussi valable en cas de rupture pour faute grave ou dans un cas de force majeure. Il ne faut pas non plus ignorer la signature d’un contrat saisonnier ou de mission-formation.